Menu
04 82 29 38 55

Objet de votre demande

Informations Personnelles


En savoir plus sur le traitement de vos données personnelles.
13 boulevard Bompard
13007 Marseille
13 boulevard Bompard
13007 Marseille
Horaires
Lundi au vendredi de 9h à 19h
Besoin d’un renseignement

Addictions – Praticienne en hypnose à Marseille

Le traitement des addictions est pris en charge par l’hypnothérapie. Cette pratique a déjà fait ses preuves depuis des années pour l’arrêt du tabac. Sandrine Serhane, praticienne en hypnose à Marseille aide la personne à se défaire de toute addiction ou dépendance en agissant au niveau de l’inconscient durant la séance d’hypnose. Grâce à la modification de l’état de conscience du sujet, l’accoutumance peut être diminuée puis annulée en suivant les objectifs fixés par le patient. L’hypnothérapeute Sandrine Serhane assiste la personne qui veut mettre fin à son addiction au tabac, à la drogue, à l’alcool, aux jeux… La thérapie peut également servir pour traiter l’addiction au sexe et contribuer à rétablir l’équilibre de la personne traitée.

L’addiction au tabac

Le tabagisme ou l’addiction au tabac se contracte essentiellement par l’accoutumance à la nicotine, ainsi qu’à certaines gestuelles inhérentes à la consommation de tabac (prendre et tenir la cigarette/pipe, aspirer/exhaler la fumée, etc.). Pour parvenir à l’arrêt du tabac, la personne doit être personnellement motivée à s’en détacher. L’hypnothérapie intervient pour raffermir cette motivation fondamentale, en utilisant la technique de suggestion et de renforcement. Progressivement, le sujet modifie sa perception de l’attachement au tabac, qui devient inutile à son existence. Il visualise les bienfaits d’une vie sans l’addiction au tabac, notamment la joie de respirer de l’air pur, une peau plus nette, des relations sociales plus agréables, etc. La crainte des effets secondaires (prise de poids, anxiété…) est traitée également. S’y ajoute le renforcement de l’aversion pour le tabac (nausée, mauvaises odeurs…), puis pour un résultat durable, le sujet procède à l’autohypnose. tabac

L’addiction à la drogue

Comme pour le tabac (et les autres addictions), l’accoutumance à la drogue se manifeste par une dépendance psychique qui se prolonge par une accoutumance physique. Le sujet consomme peu au début, puis au fur et à mesure, les doses augmentent, le besoin d’en utiliser également : la dépendance est acquise. Tout comme pour l’arrêt du tabac, la motivation de mettre fin à cette dépendance doit venir de la personne pour que l’hypnothérapie soit efficace. Il est essentiel de connaître à la fois les causes de l’addiction ainsi que les raisons de l’arrêt. Pour soutenir le sujet à se défaire la drogue, l’hypnothérapeute renforce sa décision au niveau de l’inconscient : se débarrasser d’une substance qui le fragilise, devenir autonome, aspirer à d’autres horizons, etc. Il faut introduire une activité saine de substitution, incitant le sujet à avoir des occupations valorisantes. Aucune démarche de sevrage à la drogue n’est identique, en durée comme en méthode, car le vécu et le profil du sujet, la substance utilisée, la fréquence de consommation... constituent des paramètres particuliers variant d’un sujet à l’autre.

L’addiction à l’alcool

L’addiction à l’alcool compte parmi les dépendances ayant un fort impact psychique et physique sur la personne. La consommation d’alcool de manière occasionnelle n’est pas a priori grave, lorsqu’elle est motivée par l’amusement (fête, cérémonie) et effectuée en petite quantité. L’addiction apparaît lorsque l’alcool est consommé régulièrement. Les heures, les endroits, la quantité absorbée, tout un rituel s’instaurent. En l’absence de cette dose, la personne éprouve de l’angoisse. L’hypnothérapie, comme dans tous les cas d’addiction ne peut agir efficacement qu’avec l’engagement personnel du sujet à se libérer de cette dépendance. L’hypnothérapeute et la personne effectuent des échanges, pour bien connaître les causes de l’alcoolisme ainsi que la motivation profonde du sujet pour s’en défaire. Retrouver la santé, accéder à une meilleure qualité de vie, avoir des relations sociales saines et valorisantes sont des exemples de bonnes raisons. La durée du traitement dépend de plusieurs facteurs, la volonté d’arrêter certes, mais aussi un environnement personnel favorable ou non à ce travail

L’addiction aux jeux

L’addiction aux jeux


La joie de gagner lors d’un jeu de hasard (loto, courses…), décrocher le numéro gagnant ou passer tous les niveaux d’un jeu vidéo... devient factice lorsque le sujet en arrive à négliger tout ce qui compose la vie en famille ou en société. Dissimuler les pertes dans les jeux de hasard, s’endetter, et s’isoler à cause de ces dettes, en souffrir sans pouvoir s’arrêter, sont les risques de cette addiction. Pour s’en défaire, il est important de déceler ce qui motive le sujet à jouer, et ce qui le pousse à arrêter. Comme pour l’arrêt des autres addictions, l’hypnothérapeute soutient le choix du sujet en suggérant à l’inconscient les pistes pour améliorer sa qualité de vie une fois qu’il est libéré de sa dépendance. En l’espèce, les dettes sont payées et effacées, les relations familiales et sociales reprennent un cours normal, et surtout la personne est revalorisée Se fixer un objectif est primordial chez le sujet pour la réussite de l’hypnothérapie.

L’addiction au sexe

L’addiction au sexe se définit comme une pulsion incontrôlable du sujet pour l’acte sexuel, avec ou sans partenaire. Comme les autres addictions (tabac, alcool, drogue…), le manque éprouvé par la personne engendre une souffrance, qui ne cesse que lorsqu’elle assouvit son besoin. Les praticiens constatent aujourd’hui un accroissement de l’addiction au sexe, facilité sinon stimulé par les technologies modernes comme internet. La consommation de films pornographiques figure en première ligne pour susciter l’addiction au sexe, jeunes et moins jeunes y ayant accès sans limitation. La dissimulation de cette addiction engendre davantage de souffrance et de dévalorisation de soi. L’hypnothérapie peut agir efficacement dès que la personne est motivée à vivre autrement, à se libérer de cette dépendance. Il s’agit d’imprimer un comportement positif, autre que le recours aux produits pornographiques pour évacuer un stress, une colère ou autre. La pratique d’un sport en groupe (danse, fitness…) constitue un remède efficace pour se libérer des tensions issues du stress et de la pression de l’addiction au sexe. De meilleures relations sociales et la relation à soi améliorent le quotidien du sujet.
Cliquez pour activer la carte
Vous appréciez, partagez !
Sandrine Serhane Télèphone04 82 29 38 55
Adresse13 boulevard Bompard
13007 Marseille